782c8747Il était une fois un jeune et vaillant chevalier prénomé Raimondin. Le fils du roi des Bretons chassait dans la forêt de Coulombiers avec son oncle Aimeric, gouverneur de la Province du Poitou.

Après une longue partie de chasse, les deux hommes pourchassaient un sanglier avant de rentrer. C'est alors que Raimondin tua accidentellement son oncle . Fou de douleur, il erra dura des heures dans la vaste forêt, quand, soudain, une femme magnifique lui apparut dans toute sa beauté. 

Mélusine, c'était son nom, était en réalité une fée, fille du Roi D'Albany (Ecosse) et de la fée Présine. Mélusine et ses soeurs avaient enfermé  leur père dans la montagne magique de Northumberland, car il avait enfreint l'interdit : ne jamais voir son épouse pendant ses couches ; Présine qui jugea bien trop sévère la punition réservée à son époux, qu'elle aimait encore un peu, malgré sa fuite, jeta un sort à ses 3 filles...

-"Tous les samedis, tu seras serpente du nombril au bas du corps dit Présine à Mélusine. Si tu trouves un homme qui veuille bien t'épouser et te promettre de ne jamais chercher à te voir le samedi, tu suivras le cours normal de ta vie. Mais, si ton mari vient à percer ton secret, tu seras condamné à retourner au tourment jusqu'au jugement dernier."

 

Raimondin tomba immédiatement amoureux de Mélusine, qui grâce à ses pouvoirs réussit à le faire innocenter. La fée accepta de l'épouser, mais, à la condition qu'il ne cherche jamais à la voir, les samedis :

-"Puisque vous acceptez de m'épouser, vous serez riche et puissant. Cependant, suite à un sort qui a été jeté à ma famille, je dois me retirer chaque samedi dans un endroit solitaire, pendant toute la journée. Si vous cherchez à me voir, je serais à jamais perdu pour vous."

Raimondin promit solennellement que sa vie durant il ne violerait son secret.

 

Quelques jours plus tard des noces somptueuses furent célébrées au château de Lusignan qui appartenait à Mélusine....

 

La fée tient toutes ses promesse : elle fit de Raimondin un homme riche et puissant, durant ces quelques années qui s'étaient écoulées, Mélusine avait construit de nombreuses places fortes. Vouvant, Mervent, la tour de Saint Maixent, Tiffauge, Talmont, Parthenay étaient nés en parfois une seule nuit....

 

 

 

289b0a0bMélusine avait donné plusieurs enfants à Raimondin, cependant, ces enfants intriguaient leur père, car ils présentaient tous de curieuses particularités : l'un avait un oeil rouge et un oeil vert, l'autre possédait une oreille plus longue que l'aute, un troisième avait un oeil plus bas que l'autre, le quatrième avait une griffe de lion gravée sur la joue, le cinquième possédait une dent de sanglier qui sortait de sa bouche, le sixième avait sur le nez une petite tâche velue, le septième avait trois yeux, le huitième n'avait qu'un oeil, quant-aux deux petits derniers, aucune tare ne semblait les affecter.... Mélusine allaitait ses petits, les berçait, tout en continuant ses nombreuses constructions : amphitéatres, ponts, voies, aqueducs.... mais elle était aussi capable de redoutables colères contre ceux qui l'insultaient ; n'avait-elle pas détruit le donjon de Châtelaillon en lançant les vagues de l'océan à l'assaut du château ?

 

Autour d'elle, on commençait à raconter d'étranges histoires sur cette femme, on colportait des rumeurs que le comte de Forez s'empressait de répéter à son frère Raimondin. Raimondin était surpris et il s'interrogeait.... Il hésita longtemps, mais poussé par la jalousie de son frère, il transgressa sa promesse....

C'est pourquoi un  samedi, il se dirigea vers la chambre où Mélusine s'enfermait. De son épée, il fit un trou dans la porte. Et il vit Mélusine qui se baignait dans un grand bassin de marbre, elle peignait ses cheveux ; puis il la voit qui lave son beau corps, il voit ses bras, ses mains fines et... il voit une queue énorme, une queue de serpent.... il pousse un cri d'effroi, auquel répond celui de Mélusine....

-"Pourquoi, pourquoi ? Tu avais juré...."

Par la fenêtre ouverte elle s'envole pour toujours en poussant de grands cris....

On dit qu'elle revint souvent au château de Lusignan au milieu de la nuit, pour embrasser ses enfants...

La fée protegea ses descendants et fit d'eux des hommes puissants, elle revint longtemps pour les avertir quand un malheur se préparait....

Quant à Raimondin, il mourut de chagrin....

 

 

La légende de Mélusine est imortalisée en prose en 1394 par Jean d'Arras, dans son roman la Noble Histoire de Lusignan.

A la croisée de deux mondes, celui des fées et celui des hommes, Mélusine appelée parfois Mère Lusigne, est une fée du Moyen Age, qui est l'ancêtre légendaire des seigneurs du Poitou : la Maison de Lusignan.

Retour à l'accueil