En 1839, M.Gautier décrit le château de Villeneuve-la-Comtesse ainsi : "Il subsistait une fort belle tour qui dominait le pays et était flanquée de deux gros bastions, ce château était entouré de larges douves, on voyait des vestiges de remparts et de batteries qui démontraient que cela avait dû être une place forte..."

Quelques décénnies plus tard, sa description a bien changée : "Il n'est presque plus de traces de douves et l'aspect de cette ancienne et redoutable forteresse présente maintenant celui de la demeure la plus champêtre, où rien ne rappelle les seigneurs du Moyen Age, les fiers créneaux, les barbacanes, les engins de défense, les triples voûtes, la chambre des chartres et du trésor, la salle des gardes, les magasins de vivres et de fourrages, la salle d'armes, l'immense cuisine... "

extrait des chroniques Saintongeaises et Aunisiennes

le château le pont levisLe château de Villeneuve la Comtesse est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1949, (sauf le bâtiment moderne).

 

Il est placé sur une plate forme rectangulaire de 48 m X 58 mètres, il est entouré de douves sans eau, de 15 mètres de largeur. Jadis très profondes, elles sont en partie comblée.

L'enceinte du château qui semble remonter au 14e siècle, a une forme rectangulaire. Deux tours de 4 mètres et de 4 mètres 50 de diamètre et 14 mètres de hauteur sont placées aux angles sud est et sud ouest, et les courtines est, ouest et sud qui les rejoingnent ont 10 mètres de hauteur.

Le donjon, qui servait de porte d'entrée est construit en saillie au milieu de la façade nord : c'est une grosse masse carrée de 10 mètres de côté, construite en moyen appareil, flanquée à chaque angle nord, d'une petite tour cylindrique et pleine... La hauteur totale de cette tour est actuellement de 18 mètres, mais, d'une part son pied est bien enterré de 4 à 5 mètres et en 1843, elle a été découronnée de ses créneaux et machicoulis, ce qui peut faire environ 4 mètres, ainsi que l'atteste une vieille gravure. La tour avait donc environ 27 mètres de hauteur totale...

Un pont levis et une poterne qui furent restitués en 1936, donnent accès à la tour. On pénètre dans une petite salle carrée de 2,40 mètres, limitée en arrière par l'emplacement de la herse de fer, dont les rainures où elle s'abaissait subsistent dans l'épaisseur du mur, mais dont nous n'avons pu découvrir le maniement. A droite et à gauche, existent des embrasures voûtées avec meurtrières où l'on pouvait placer une couleuvrine pour défendre les courtines. A droite en arrière de cette embrasure et à un mètre de hauteur, existe une porte étroite donnant accès à un escalier en pas de vis situé dans l'épaisseur du mur, desservant les deux étages supérieurs. Cette porte est protégé par une ouverture placée au -dessus et fonctionnant comme une bretèche.

Au milieu de la pièce une ouverture carré donné accès à une pièce carrée située dans la base de la tour et contribuant à sa défense...

le château veauAu premier étage, il y a une pièce de 2,90 mètres/3,70 mètres avec dans un angle, à droite, une cheminée et à gauche, un petit four à cuire le pain (en cas de siège). Auprès de ce four, dans l'épaisseur du mur, un emplacement de couleuvrine, une meurtrière et des latrines. Cette pièce est éclairée par une petite fenêtre située au dessus de la porte médiane du pont levis, à travers un mur de 2 mètres d'épaisseur. Au milieu de la pièce, un trou permettait d'atteindre les assiégeants qui auraient franchi le pont.

Au niveau de cet étage, l'escalier communiquait par un pont levis encastré dans le mur et placé dans une petite tour carrée en saillie, avec le chemin de ronde, actuellement détruit, placé au-dessus du mur nord où l'on voit des traces de mâchicoulis.

La pièce du deuxième étage, qui a 4 mètres au carré était voûtée sur croisée d'ogives. Une des nervures repose sur une tête grimaçante aux oreilles pointues. On ne voit plus que les armorces de ces nervures. En effet, en 1843, la plate forme qui reposait sur elles avec les créneaux, les mâchicoulis et un petit édicule surajouté, qui était, parait-il, une chapelle, furent démolis...

Le mur situé à droite du donjon, qui a 2,20 mètres d'épaisseur, porte des traces de fortifications : en effet, on voit tout le long de sa partie supérieur des restes de corbeaux rasés au nu du mur, qui portaient jadis créneaux et mâchicoulis et en arrière un chemin de ronde, communiquant par un pont levis... En arrière de ce mur, était le logis, dont une gravure de Châtillon nous donne l'aspect au commencement du 17e siècle....

Le château
Retour à l'accueil