L'église Notre-Dame-de-l'Assomption

L'église du village est situé en bordure de l'ancien grand chemin qui mène de Saint-Jean d'Angély à Niort.

Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1959. Toute entière du 14e siècle, elle est bâtie sur une souche romane.

 

A l'extérieur, ce qui frappe tout d'abord dans cette église, c'est sont gros clocher massif et court, coiffé d'une flèche d'ardoise trapue, qui au 19e siècle a remplacé un toit plat. Ce clocher à cheval sur le milieu de la nef, et occupant toute sa largeur est flanqué, au nord et au sud de deux gros contreforts gothiques, celui de gauche contenant un escalier en pas de vis. Sur sa façade sud, il est percé d'une petite porte gothique à gros boudins qui est surmontée d'une haute et étroite fenêtre encadrée de colonnettes à chapiteaux de feuillages. Le premier étage du clocher est flanqué à chanque angle, d'une petite colonne. Une semblable est placée au milieu de chaque façade, limitant ainsi deux panneaux. Dans chacun d'eux il y a deux fenêtes longues et étroites, encadrées de quatre petites colonnes à chapiteaux de feuillage. Les deux fenêtres les plus rapprochées de la colonne centrale sont ouvertes et les deux autres aveugles. La façade occidentale a deux contreforts d'angle et est munie d'une porte quelconque surmontée d'un oculus. La façade sud est flanquée de deux gros contreforts correspondant à ceux de la façade nord. Entre le deuxième et le clocher, il y a une belle fenêtre gothique encadrée de colonnettes à bases prismatiques et à chapiteaux à crochets, qui est ornée d'un beau fenestrage. De l'autre côté du clocher, une autre fenêtre gothique encadre de petites colonnes : le châpiteau de l'une d'elles porte une feuille de chêne délicatement sculptée. Le chevet est flanqué de deux contreforts et est percé en son milieu d'un fenestrage sans intérêt qui a été refait.

intérieur de l'église 2

A l'intérieur, elle se compose de six travées voûtées d'ogives très bien conservées. Les nervures de la première travée reposent à droite sur un gros culot formé par un personnage couché, un peu de côté et supportant sur son dos le poids des nervures. Le culot d'en face est une très belle tête expressive. Les nervures de la deuxième travée reposent sur des colonnettes dont les chapiteaux, de faible hauteur, sont décorés de un ou deux rangs de feuillage. La troisième travée est éclairée à droite par une jolie fenêtre gothique encadrée de colonnes à chapiteaux de feuillages et ornée d'un fenestrage. La quatrième travée est la plus riche et la plus décorée, c'est celle qui est sous le clocher. Celui-ci repose sur quatre gros piliers formés chacun d'une grosse colonne dont le chapiteau a deux rangs de feuillages, flanquée de deux petites colonnes aussi à chapiteaux de feuillages, qui portent les moulures accostant les doubleaux. Cet ensemble de colonnes est flanqué de chaque côté de deux autres plus petites à chapiteaux de feuillage, qui portent les croisées d'ogives et les formerets. La cinquième travée a ses croisées d'ogives et ses formerets portés par une seule colonne intérieur égliseà chapiteau de feuillage. Ces nervures reposent du côté opposé sur deux culots représentant à droite et à gauche deux jolis personnages portant la nervure sur leurs épaules et ayant au-dessous d'eux, à droite une tête d'homme et à gauche, une tête de femme. La sixième travée qui part de ces culots retombe dans les angles du chevet sur deux colonnes à chapiteaux de feuillage et à abaque prismatique. La voûte qui est sous le clocher est percée d'un oculus.

Retour à l'accueil